Averroès, un nom chargé de symboles

« L’homme a par nature besoin de l’aide des autres pour acquérir ses vertus

Averroès (1126-1198)

Connu en occident sous le nom d’Averroès, Ibn Ruchd de son nom d’origine naquit en 1126 à Cordoue en Espagne. Juge, médecin et juriste de renom, mais c’est en philosophe que le monde latin le découvre. Il consacre toute sa vie à l’œuvre d’Aristote qu’il transmit à l’Europe, comme en témoigne l’œuvre de Thomas d’Aquin (1228-1274). Il doit notamment sa notoriété de médecin au traité qu’il rédigea (Colliget en latin) et qui sera enseigné dans les facultés et écoles de médecine européennes jusqu’au XVIIIe siècle.
Les doctrines philosophiques et spirituelles d’Averroès soulevèrent des débats passionnés dans le monde occidental et trouvèrent presque autant de disciples que d’opposants. C’est dire l’influence considérable du philosophe musulman en occident.

Considéré comme la référence de toute personne se réclamant de cette double appartenance, Averroès inspirera, huit siècles plus tard, le lycée qui portera son nom. Le lycée ne pouvait pas trouver meilleur symbole pour illustrer la rencontre fructueuse entre l’Islam et l’Europe.

« Le combat philosophique qu’Averroès a mené pour que l’enseignement de la médecine ne soit pas réduit à sa seule pratique mais intègre à la fois l’apprentissage de la logique et de la philosophie est aujourd’hui d’une grande actualité ».

Arnaud Spire